Immersion au cœur de la formation Émergence

Immersion au cœur de la formation Émergence

Et si vous pouviez être accompagnée dans les prémices de votre projet entrepreneurial, recevoir une formation unique en Bretagne en intégrant un groupe de femmes créatives et motivées ? C’est ce que vous propose Entreprendre Au Féminin Bretagne…

Volontaire en Service Civique à EAFB, j’ai intégré l’une des promotions Émergence d’Entrepreneure dès mon arrivée dans l’association, en automne 2020. Cette formation, traditionnellement constituée de onze journées réparties sur six à onze semaines, vise à lever les principaux freins et obstacles que rencontrent les femmes lorsqu’elles souhaitent lancer leur entreprise. Si davantage d’informations sont disponibles à ce sujet sur notre page dédiée, c’est une véritable plongée au cœur d’Émergence à laquelle je vous invite aujourd’hui. Que vivent réellement les participantes à cette formation ?

Comme un jour de rentrée…

Je pousse la porte de l’espace de coworking lamballais l’ECHO’Système, qui a ouvert il y a moins d’un mois dans des circonstances sanitaires un peu particulières. Je laisse cependant toute trace d’anxiété ou d’appréhension sur le palier en découvrant le large sourire de Josette Vivier, la chargée de mission EAFB responsable d’Émergence dans les Côtes d’Armor.

La majorité des participantes sont déjà arrivées lorsque je m’installe à ma table, sur laquelle m’attend l’épais livret qui m’accompagnera tout au long de la formation, et au-delà ! Les autres femmes présentes font montre d’enthousiasme et engagent d’elles-mêmes la conversation pour faire connaissance – le soleil contribue certainement à cette ambiance conviviale.

Josette lance officiellement la promotion costarmoricaine d’automne 2020 avec une présentation claire et prometteuse des sept semaines à venir, dont l’organisation s’est vue perturbée par l’épidémie de Covid-19. Les journées de formation se sont par exemple transformées en demi-journées auxquelles s’ajoutent des temps de préparation personnelle, permettant ainsi de constituer deux groupes de huit personnes et de faciliter les échanges.

Paperboard formation Émergence

L’accueil chaleureux de la chargée de mission ne nous empêche pas d’établir une poignée de règles afin que tout se déroule au mieux… mais il s’agit de règles positives ! Bienveillance, confidentialité, contribution au groupe, écoute attentive, etc. (voir ci-contre).

Le cadre est posé au cours de cet après-midi qui sera finalement le seul passé en présence les unes des autres, le reste de la formation basculant en visioconférence pour assurer la sécurité de toutes. 

Huit femmes, huit pistes entrepreneuriales

Comme l’atteste le premier tour de table au cours duquel nous nous présentons, chacune des huit participantes est arrivée avec ses envies, ses espoirs, son parcours, ses questions et ses doutes. Autant de femmes, autant de projets parvenus à divers stades de développement.

Certaines n’en sont qu’à l’idée, une petite graine nichée dans leur esprit qui requiert eau et patience pour continuer à germer. D’autres ont déjà immatriculé leur entreprise, de jeunes pousses apparaissent et prennent une belle teinte de chlorophylle, mais ont encore besoin de lumière et d’attention pour s’épanouir.

Les échanges, fluides, se déroulent dans un grand respect mutuel. Bien que les personnes présentes soient implantées sur un territoire économique certes dynamique mais relativement restreint, toute crainte quant à de potentielles rivalités s’efface rapidement.

Les organisatrices veillent tout d’abord à composer des groupes de formation variés avec des femmes aux activités bien distinctes, mais qui partagent des points communs donnant lieu à des discussions animées.

De plus, il devient vite évident que nous sommes toutes motivées par l’envie de nous entraider, d’enrichir l’ensemble du groupe de nos interventions. Les idées fusent parfois si vite que je n’arrive pas à saisir les miennes au vol, à rebondir, tant les échanges sont vifs !

Le ton est donné : l’objectif est de mettre nos expériences en commun afin qu’elles servent au plus grand nombre, dans une atmosphère de confiance qui ne fera que se renforcer au fil de la formation.

Un espace à nous

Je suis impressionnée par les liens que nous avons réussi à tisser en seulement onze après-midi, et à distance ! Une belle dynamique de groupe s’est instaurée, notamment grâce aux formatrices qui encouragent les échanges à la fois lors des séances et entre chaque demi-journée.

RoadLight (2020) Bureau à distance travail [Illustration]. Pixabay

La formation permet à chacune de présenter son projet aux sept autres femmes, mais aussi d’en discuter en groupes réduits si l’exercice s’y prête. Nous travaillons par exemple à deux dans le cadre du module sur l’histoire de vie, qui propose aux participantes de revenir sur leur parcours pour identifier les racines de leur projet, pour renforcer l’adéquation entre ce dernier et la personne qu’elles sont aujourd’hui.

Si l’approche psychosociale d’EAFB est l’un des points forts de cette formation, qui envisage la femme dans sa globalité, il faut avouer qu’être en binôme ou en petit comité permet de se livrer plus facilement lorsqu’il est question du vécu personnel.

Cela dit, Émergence puise dans le pouvoir du collectif quelle que soit la taille du groupe, en créant un ou des espaces d’échange qui n’appartiennent qu’à nous. Nous éclaircissons ensemble les points qui restent dans l’ombre quand nous sommes seules, nous trouvons à plusieurs des solutions aux problèmes qui se posent à (presque) toutes.

De l’importance du collectif

Nous partageons ainsi nos interrogations, nos peurs, et nous appuyons sur les conseils des unes et des autres pour lever les freins qui nous empêchent d’avancer individuellement. Des échanges bien souvent révélateurs et sources de soulagement.

Oui, j’ai parfois du mal à équilibrer mes différentes sphères de vie et à m’organiser.
Non, je ne suis pas la seule à avoir besoin d’aide pour initier mon modèle économique.
Oui, je peine à annoncer le prix des produits et/ou des services que je compte proposer.
Et non, le syndrome de l’imposteur (de l’impostrice !) n’est jamais loin – expression qui semble galvaudée tant on l’entend, mais qui correspond bien au ressenti de nombreuses entrepreneures et porteuses de projet.

RoadLight (2020) Bureau à distance travail [Illustration]. Pixabay 2

Les participantes se surprennent parfois elles-mêmes. Verbaliser son parcours, son projet et ses limites peut amener sur des terrains inattendus ; entendre ses propos reformulés peut apporter un nouvel éclairage sur des facettes de soi que l’on pensait connaître.

Les différentes formatrices, expertes dans leur domaine, apportent en parallèle des outils concrets pour développer son projet et concrétiser ses rêves sans quitter la réalité des yeux. Méthodes de gestion du temps, enquêtes de terrain, plans d’action commerciale, de financement et de trésorerie, etc., autant de ressources pour se préparer au mieux à la vie entrepreneuriale.

Des journées de formation bien remplies

Le bilan est souvent unanime à l’issue des après-midi de formation. Nous sommes motivées et pleines de gratitude pour nos échanges, mais aussi quelque peu fatiguées, voire assaillies de questions – et ce malgré des progrès et une maturation des projets évidents.

Le programme s’est même achevé sur trois séances intenses rassemblant les deux demi-groupes de la promotion ; soit seize femmes qui ont ainsi pu faire connaissance, rencontrer les partenaires d’EAFB et faire le plein d’informations sur les statuts juridiques, les financements et l’accompagnement dont elles peuvent bénéficier.

Émergence d’Entrepreneure : une belle aventure loin d’être de tout repos ! Il faut faire face à ses craintes, à ses incertitudes, et s’investir en dehors des demi-journées organisées par l’association pour en tirer pleinement parti.

La création d’entreprise est un véritable « cheminement », comme le rappelle la chargée de mission Félicie Louf. EAFB apporte des clés aux femmes qu’elle forme et accompagne, mais chacune d’entre elles doit s’en saisir pour déverrouiller les barrières qui l’entravent.

Cela demande un investissement personnel parfois délicat à concilier avec sa vie de femme, d’artiste, de bénévole, de conjointe, de mère, de sportive, de salariée… tout ce qui fait notre quotidien et auquel vient se joindre le projet entrepreneurial.

Le jeu en vaut cependant la chandelle : d’après une enquête d’Initiative France, « la grande majorité des entrepreneur[·e·]s ne regrettent pas l’aventure de la création d’entreprise », même en contexte de crise sanitaire. Selon une étude menée pour Vistaprint, les entrepreneur·e·s seraient même particulièrement heureux·se·s au travail !

Alors, ne serait-ce pas le moment de faire émerger vos plus belles idées ?

N’hésitez pas à solliciter un entretien de positionnement avec une chargée de mission Entreprendre Au Féminin Bretagne, qui saura vous guider dans votre projet entrepreneurial. Il s’agit de la première étape avant de pouvoir poser votre candidature pour la formation si tel est votre souhait.

Par Aurélie Connan


Sources :

Initiative France (2021) Survivre avant de rebondir. Les entrepreneurs dans la crise. Paris : Initiative France, p. 8. Disponible sur: https://www.initiative-france.fr/components/com_main/documents/syntheseenqueteif-entrepreneurs-crisecovid_19012021.pdf [Consulté le 11 avril 2021]. 

Vistaprint (étude menée par OnePoll) (env. 2018) Étude : Les entrepreneurs sont-ils plus heureux que les employés ? Venlo : Vistaprint. Disponible sur : https://www.vistaprint.fr/hub/etude-bonheur-entrepreneur [Consulté le 11 avril 2021].

Source de l’illustration 1 : Visuel (montage) réalisé par Connan, A. et Thomas, F. (2021) Immersion au cœur de la formation Émergence d’Entrepreneure [Illustration].

Source des illustrations 3 et 4 : RoadLight (2020) Bureau à distance travail [Illustration]. Pixabay. Disponible sur : https://pixabay.com/fr/illustrations/bureau-%C3%A0-distance-travail-5491790/ [Consulté le 11 avril 2021].

Lancement du programme “Ensemble, faire face et rebondir en 2021”

Lancement du programme “Ensemble, faire face et rebondir en 2021”

Découvrez dès aujourd’hui le programme “Ensemble, faire face et rebondir en 2021” d’Entreprendre Au Féminin Bretagne. Un programme solidaire, exceptionnel et temporaire à destination de toutes les femmes qui veulent prendre un nouvel élan en 2021, faire face et agir ensemble pour rebondir en cette année si particulière.

Aux origines du programme

EAFB a mené une enquête en ligne à la fin de l’année 2020 pour mieux cerner les besoins et attentes des entrepreneures et porteuses de projet bretonnes en période de crise.

Ses résultats ont été sans appel : plus de la moitié des répondantes estime que son activité ou son projet a souffert de la pandémie, tandis qu’une majorité de femmes exprime un besoin de se former et de développer ses compétences pour s’adapter. À ceci s’ajoute un besoin d’échanges et de soutien encore plus marqué qu’auparavant, sans oublier le souhait d’avoir un meilleur accès à l’information et aux aides.

Soucieuse d’accompagner au mieux les femmes en cette période porteuse de changements, de difficultés mais aussi d’occasions à saisir, toute l’équipe d’EAFB s’est mobilisée pour élaborer le programme “Ensemble, faire face et rebondir en 2021”.

Une initiative solidaire accessible au plus grand nombre

“Ensemble, faire face et rebondir en 2021”, c’est un programme solidaire, exceptionnel et temporaire jusqu’à la fin de l’année ouvert à toutes les femmes, adhérentes ou non de l’association, qu’elles soient entrepreneures ou porteuses d’un projet (en cours de création ou à l’état d’idée).

C’est un programme coconstruit avec nos adhérentes et nos partenaires pour partager de bonnes pratiques, échanger, et permettre à chacune de monter en puissance aux côtés d’autres entrepreneures en activité ou en devenir, brisant ainsi l’isolement auquel certaines font face.

C’est un programme à distance et gratuit pour que toutes les femmes puissent y accéder facilement de chez elles, en complément de tous nos rendez-vous habituels réservés aux adhérentes.

Ateliers, partage, rencontres, et bien plus encore…

Ce programme évolutif s’enrichira au fil du temps : aussi agile que l’association, qui a fait preuve de réactivité et de souplesse en période de crise, il s’adaptera aux attentes et aux besoins des femmes.

Logo programme "Ensemble, faire face et rebondir 2021"

Vous pouvez d’ores et déjà retrouver plusieurs événements du programme sur l’agenda en ligne d’EAFB, n’oubliez pas de vous inscrire ! Ces rendez-vous sont facilement identifiables grâce au logo “Ensemble, faire face et rebondir en 2021” (voir ci-contre).

Retrouvez chaque mois deux points d’information collective “Je découvre Entreprendre Au Féminin Bretagne !”, l’occasion d’apprendre à connaître l’association, ainsi qu’un à trois ateliers spécialement en lien avec le contexte actuel. Animés par des bénévoles désireuses de partager leurs compétences et leur expertise, ces ateliers aborderont les sujets les plus demandés par les répondantes à l’enquête en ligne.

Bien d’autres rendez-vous seront à découvrir au cours des mois à venir…

N’hésitez pas à diffuser l’information autour de vous :
c’est ensemble que nous pourrons faire face et rebondir en 2021 !

Cliquez sur le programme pour en savoir plus ou consultez-le au format PDF :

Flyer "Ensemble, faire face et rebondir en 2021"

Source de l’illustration à la une : Visuel réalisé par Connan, A. et Thomas, F. (2021) Lancement du programme “Ensemble, faire face et rebondir en 2021” [Illustration].

Source du logo : Thomas, F. (2021) Ensemble, faire face et rebondir en 2021 [Logo].

EAFB recherche un.e stagiaire pour nous accompagner à la certification Qualiopi

EAFB recherche un.e stagiaire pour nous accompagner à la certification Qualiopi

EAFB recherche un.e stagiaire sur une durée de 4 à 6 mois pour accompagner l’association à la certification Qualiopi.

Dans le cadre de nos missions, Entreprendre Au Féminin Bretagne forme des femmes à l’émergence de leur projet de création d’entreprise tous les ans. A ce titre, l’association doit obtenir la certification Qualiopi. Nous recherchons donc un.e stagiaire pour nous accompagner dans cette démarche.

Il/Elle sera en lien avec les chargées de mission formation, une membre du conseil d’administration en charge de la qualité de l’Association et la Déléguée Générale. Les tâches principales de le/la stagiaire seront, entre autres, d’analyser le cahier des charges Qualiopi, de rassembler les éléments de preuve, de mettre en place un plan d’action et de préparer un pré-audit.

Le stage pourra se dérouler dans nos bureaux à Brest, au Faou ou à Rennes en fonction de la localisation géographique de l’étudiant, du télétravail est possible. La durée du stage est de 4 à 6 mois et le dossier de candidature doit être envoyé avant le 15 avril 2021.

L’offre de stage complète se trouve ici : Offre de stage

EAFB recrute un.e charg.é de développement et d’animation du réseau dans les Côtes d’Armor

EAFB recrute un.e charg.é de développement et d’animation du réseau dans les Côtes d’Armor

EAFB recrute un.e chargé.e de mission de développement et d’animation du réseau économique pour le territoire des Côtes d’Armor en CDD.

L’association Entreprendre au Féminin Bretagne recrute une chargé.e de développement et d’animation du réseau économique pour le territoire des Côtes d’Armor en CDD. Il/Elle aura pour tâches, entre autres, de développer et d’animer le réseau économique des femmes porteuses de projet et cheffes d’entreprises, d’accompagner les bénévoles de l’association dans leur engagement au sein des comités d’animation et de développer et assurer les relations avec les acteurs locaux du parcours de l’entreprenariat.

Ce poste à temps partiel est basé à Trégueux, près de St-Brieuc, dans les Côtes d’Armor et des déplacements fréquents sont à prévoir dans tout le département. C’est un contrat en CDD jusqu’au 31 décembre 2021 au statut cadre autonome au forfait jours. La rémunération est sur la base de 19 110 € brut annuel.

Le fichier pdf ci-joint détaille plus amplement les tâches de cet.te chargé.e de mission, les compétences attendues ainsi que les conditions et spécificités du poste. La date limite de candidature est le 29 mars prochain.

Offre de poste

Vœux de la présidente, Marie-Pierre Lemarchand

Vœux de la présidente, Marie-Pierre Lemarchand

Avec et pour les femmes en cette nouvelle année 2021

2020 ne restera pas dans les annales comme une bonne année, marquée de façon mondiale par toutes les pertes et les souffrances humaines directes et indirectes, individuelles et collectives, liées à l’épidémie de la Covid-19. 

Marie-Pierre Lemarchand, présidente d'Entreprendre Au Féminin Bretagne
Marie-Pierre Lemarchand
Présidente d’EAFB

Pour chacun et chacune d’entre vous, elle a représenté une année de difficultés, de complications, de contrariétés, de contraintes, de stress voire d’angoisses, mais aussi l’occasion de se questionner et de faire preuve d’agilité. 

Les femmes, en première ligne lors de la pandémie, ont été particulièrement touchées par les répercussions de la crise sanitaire, notamment sur les plans économique et financier. Plus souvent en situation de précarité que les hommes, elles disposent de ressources financières généralement moins importantes qu’eux, ce qui les rend d’autant plus sensibles aux crises économiques. 

À ceci s’ajoutent les violences accrues envers les filles et les femmes ainsi que toutes les tâches domestiques et non rémunérées supplémentaires qui leur incombent encore fréquemment, alourdissant leur charge mentale et limitant leurs possibilités de développement personnel et professionnel. 

L’Organisation des Nations Unies alerte quant à l’aggravation des inégalités femmes-hommes aux quatre coins du monde, et la France ne fait pas figure d’exception. C’est pourquoi Entreprendre Au Féminin Bretagne souhaite réaffirmer son engagement envers les femmes en cette année 2021, l’association ayant conscience du rôle qu’elle a à jouer en cette période charnière. 

L’enquête en ligne menée par EAFB fin 2020 a permis aux entrepreneures et porteuses de projet bretonnes d’exprimer leurs besoins et attentes face à la crise sanitaire : nous avons entendu leur besoin d’information, de soutien et de mise en relation avec les bon·ne·s interlocuteur·rice·s. Nous avons compris que nombre de risques les menacent, notamment d’ordre financier, alors que leur activité se ralentit, qu’elles perdent des client·e·s et des partenariats. Nous avons également reçu leurs encouragements et remerciements avec joie et reconnaissance, la coopération et la solidarité faisant partie des valeurs clés qu’EAFB défend au quotidien. 

Notre équipe s’appuie actuellement sur les résultats de cette enquête pour proposer un accompagnement, des événements et des solutions qui, nous le souhaitons, permettront à chacune de réaliser les projets qui lui sont chers, de rebondir et de faire de 2021 un tremplin vers l’avenir

Le passage à la nouvelle année s’accompagne traditionnellement des vœux et résolutions auxquels nous pouvions accorder de moins en moins d’attention : que croire de la surenchère des vœux des un·e·s et des autres pour monde toujours meilleur, ou des bonnes résolutions personnelles qui ne tenaient pas très longtemps ? 

Cette année, il revêt une importance symbolique tout à fait particulière. 

Je vous souhaite très sincèrement et très chaleureusement à vos familles, à vos proches et à vous, une excellente année 2021. Prenez soin de vous toutes et tous ! Qu’elle nous redonne de la liberté, de la légèreté, de la joie de vivre, le plaisir d’aller au restaurant, au théâtre, voir des expositions ou au cinéma… de serrer la main, prendre dans nos bras et d’embrasser sans avoir l’impression de jouer à la roulette russe. 

Marie-Pierre Lemarchand
Présidente d’Entreprendre Au Féminin Bretagne 


Source de l’illustration : Visuel réalisé par Thomas, F. (2020) Toute l’équipe EAFB vous souhaite une belle année 2021 [Illustration].

EAFB accueille ses volontaires en Service Civique

EAFB accueille ses volontaires en Service Civique

Cinq mois après le départ des dernières volontaires en Service Civique, la promotion 2020-2021 est arrivée ! Plus que motivées pour sensibiliser à l’entrepreneuriat féminin ainsi qu’à l’égalité femmes-hommes, ces quatre nouvelles recrues ont hâte de contribuer au développement d’Entreprendre Au Féminin Bretagne et de grandir aux côtés de toute l’équipe.

Qu’est-ce qu’un Service Civique ? 

Le Service Civique est un dispositif qui permet aux jeunes de 16 à 25 ans (jusqu’à 30 ans pour les personnes en situation de handicap) de s’engager au service de l’intérêt général pour six à douze moisInvestir son temps et son énergie dans une cause à laquelle on tient, mûrir son projet professionnel, prendre du recul sur son parcours… Il existe une multitude de raisons pour lesquelles devenir volontaire en Service Civique. 

Qui sont nos volontaires ? 

Amandine, Aurélie, Ela et Flavie ont choisi Entreprendre Au Féminin Bretagne pour leur engagement volontaire de sept mois, chacune dans l’un des quatre départements bretonsVenant de divers horizons, elles partagent un objectif commun : que les femmes aient toutes les clés en main pour décider d’entreprendre si elles le souhaitent, que leurs projets aient toutes les chances de voir le jour malgré les préjugés qu’elles peuvent rencontrer et les barrières qu’elles ont à surmonter. En un mot, nos volontaires désirent s’engager pour l’égalité ! 

Volontaires service civique

Études dans les domaines de la communication, de l’économie sociale et solidaire, de l’édition ou de la science politique, engagements bénévoles, emplois saisonniers, séjours à l’étranger, stages… Elles pourront puiser dans leurs expériences passées, s’appuyer les unes sur les autres et compter sur l’aide de tous les membres de l’équipe d’EAFB, notamment de leurs tutrices : Annie accompagne Amandine, Daisy suit Aurélie, Delphine est la tutrice de Flavie, tandis que Stéphanie et Séverine entourent Ela. Ces cinq salariées d’EAFB aideront les nouvelles venues à définir leur projet professionnel et à mener à bien leurs missions.

Quel rôle joueront-elles ? 

Les missions de nos quatre volontaires s’articuleront autour de trois piliers que sont la communication, la gestion de projets et l’événementiel. Et ce, toujours dans l’optique de développer les trois axes sur lesquels se concentre EAFB, à savoir l’accompagnement à la création d’entreprise, l’enrichissement du réseau des entrepreneures ainsi que la sensibilisation à l’entrepreneuriat des femmes et à l’égalité professionnelle. 

Elles animeront par exemple les réseaux sociaux, se consacreront à l’organisation d’ateliers ou iront à la rencontre d‘entrepreneures (ou de femmes aspirant à le devenir) lors de réunions d’information et de sessions de formation. Réellement intégrées au quotidien d’EAFB, elles pourront également développer leurs propres projets dans une logique de bienveillance, de convivialité, d’intégrité et de partage – les valeurs que l’association porte haut et fort. 

Comment démarrer son Service Civique dans un contexte si particulier ? 

Si la crise sanitaire a évidemment touché EAFB, elle n’a pas empêché Amandine, Aurélie, Ela et Flavie de s’intégrer à l’association et d’y prendre leurs marques… Le tout dans le plus grand respect des consignes de sécurité ! Leur journée d’intégration, initialement prévue à Rennes, s’est ainsi transformée en visioconférenceL’occasion d’apprendre à connaître l’équipe à travers des échanges conviviaux et chaleureux qu’elles ont poursuivi au fil des réunions, des entretiens avec leurs tutrices et dans divers groupes de travail – en attendant de faire connaissance en chair et en os. 

Les volontaires, comme tous les autres membres de l’association, s’adaptent donc au contexte actuel pour faire vivre leur engagement et accompagner au mieux les femmes sur leur chemin entrepreneurial. Créativité, capacité d’innovation, flexibilité ne sont-elles pas des qualités clés pour tout·e entrepreneur·e ? 

Par Aurélie Connan

Source de l’illustration 1 : Agence du Service Civique (2016) Le logo du Service Civique [Illustration]. Paris : Agence du Service Civique. Disponible sur : https://www.service-civique.gouv.fr/ressources/ [Consulté le 10 novembre 2020]. 

Source de l’illustration 2 : Visuel réalisé par Thomas, F. (2020) 4 Volontaires Service Civique [Illustration].

Source de l’illustration 3 : Mucira, J. (2020) Médias sociaux social marketing [Illustration]. Pixabay. Disponible sur : https://pixabay.com/fr/illustrations/m%C3%A9dias-sociaux-social-marketing-5187243/ [Consulté le 10 novembre 2020].